🚚 Expédition gratuite en Belgique – Livraison en 48h 

Les Actualités

de la Brasserie de Silly

La Brasserie de Silly engagée de plus en plus dans l’économie circulaire

C’est un thème très actuel. Mais de quoi s’agit-il ? L’économie circulaire vise à changer de paradigme par rapport à l’économie dite linéaire, en limitant le gaspillage des ressources et l’impact environnemental, et en augmentant l’efficacité à tous les stades de l’économie des produits. A la Brasserie de Silly, la valorisation des résidus et les économies d’énergie sont des priorités.

Revalorisation des résidus

Revalorisation des drèches

La Brasserie de Silly produit une tonne de drèche par brassin, soit 320 T par an. Les drèches sont des résidus du brassage. Ce mot viendrait de l’allemand « dreschen » qui signifie « battre le blé », et qui ferait donc référence aux céréales à partir desquelles les drèches sont produites. Elles résultent de la filtration du moût en fin de saccharification, qui permet d’éliminer tous les résidus solides avant la fermentation de la bière. Les drèches fraîches, sans transformation, sont mises à disposition d’agriculteurs locaux et valorisées sous forme d’aliments pour le bétail. Les drèches constituent des aliments concentrés en protéines et en minéraux, à raison de trois fois la concentration des céréales de base.

Recyclage des levures (bientôt)

Les levures sont des micro-organismes utilisés pour transformer les sucres en alcool en en gaz carbonique lors de la fermentation. Après la fermentation, une purge de cuve est effectuée. Celle-ci libère un mélange de bière et de levures encore actives. La Brasserie de Silly produit environ 5 T de résidus par semaine, ce qui fait environ 250 T par an. Une centrifugeuse a été commandée pour retirer les matières en suspension dans la bière au terme de la fermentation. Ce qui donnera la possibilité de récupérer de la bière, à remettre en production, et des levures. Une étude de revalorisation des levures est en cours. Celles-ci contiennent beaucoup d’anti-oxydants et de protéines. Elles pourraient être valorisées dans différents secteurs:

  • alimentaire
  • agro-alimentaire
  • cosmétique
  • biométhanisation

L’étude recyclage des levures sera réalisée en 2022.

Recyclage du CO2 de la fermentation

Au cours du processus de fermentation, du CO2 est créé puis libéré. La Brasserie projette d’installer un matériel permettant de récupérer et de stocker ce CO2, qui est libéré dans l’atmosphère et donc perdu. Environ 4 kg de CO2 sont produits par hectolitre de bière. Le matériel permettra ainsi de réduire l’impact de notre activité sur l’environnement.

Économies d’énergie

Panneaux solaires

Les 400 panneaux solaires installés sur les toits de la Brasserie en 2018 produisent annuellement 100 Mégwatt heure (MWh) d’électricité, ce qui assure une économie de 25% de la consommation d’énergie. Cela nous permet de réduire nos émissions de CO2 de 60,5T et de produire de manière plus éco-responsable.

Isolation des tuyaux de vapeur

Nous avons un projet d’isolation des tuyaux de vapeur pour 2022. La vapeur a 3 fonctions essentielles à la Brasserie.

1. Chauffage de l’eau par palier lors du brassage. Vers 45-50°C, les protéines du malt non solubles se transforment en acides aminés, par l’action combinée de l’eau et des enzymes (protéinases et peptidases) qui sont réactivés. Entre 60°C et 65°C, le palier de saccharification ou palier amylolytique permet la formation de sucres fermentescibles grâce à la décomposition de l’amidon. Entre 68°C et 75°C, le palier de saccharification permet cette fois la formation de sucres non fermentescibles. 

2. Chauffage de la bière lors de sa pasteurisation entre 65 et 75°C, ce qui assure sa stabilité biologique, tous les pathogènes ayant disparu.

3. Nettoyage et stérilisation en place des cuves et des surfaces internes des tuyaux, équipements, filtres et raccords associés sans avoir besoin de les démonter. 

Ce projet d’isolation des tuyaux de vapeur devrait nous permettre de réduire notre consommation d’énergie et de diminuer notre empreinte carbone.

En plus de la valorisation des résidus et des économies d’énergie, nous reprenons et recyclons les consignes (bouteilles et fûts en inox), et nous favorisons les circuits courts d’approvisionnement.

Avec nos équipes, nous nous engageons dans l’économie circulaire. D’autres projets verront le jour dans les mois qui viennent. Ils diminueront encore notre empreinte carbone et contribueront à la transition écologique.