Témoignage d’Olivier Dehoust, responsable de la logistique

Je suis responsable logistique à la Brasserie de Silly, où j’ai été engagé en janvier 2012 par Bertrand. Mon poste a énormément évolué. Je suis arrivé comme simple magasinier. Bertrand et Lionel me font confiance et la brasserie est en totale évolution. Dans ma fonction, je suis le lien entre l’équipe de l’accueil, qui réceptionne les commandes, la production, les chauffeurs, les transporteurs et les clients. Je coordonne le transport des commandes soit via nos chauffeurs, soit via le transporteur des clients ou encore en chargeant directement les containers affrétés par les clients. Je m’occupe aussi des commandes des produits hors brasseries pour nos clients cafetiers. Je soigne mes relations avec les transporteurs. Cela me permet de mieux gérer les aléas de la production, ou d’autres événements que l’on ne maîtrise pas toujours. J’essaie d’être flexible pour que ces transporteurs ne soient pénalisés par certains retards. Exemple : charger un camion plus tard ou plus tôt permet au chauffeur de rentrer chez lui pour le week-end et de ne pas être pénalisé par la législation de pays comme la France, la Suisse,… Ma tâche consiste aussi à contrôler toutes les marchandises entrantes ou sortantes. Des marchandises manquantes entrainent des frais énormes de livraison (à notre charge). Une commande qui arrive complète, bien présentée et sans casse est importante dans la relation commerciale. Une anecdote: Il y a quelques années, nous nous sommes arrêtés en famille sur la route des vacances pour visiter un client à Saint Vincent de Tyrosse qui avait fait une commande 15 jours auparavant. Il nous accueille et nous fait visiter ses installations. Il nous présente à son personnel et voilà que le responsable du dépôt commence à critiquer la Brasserie de Silly. Livraison incomplète, pas livrée aux bons endroits (le client à deux dépôts). Je l’invite à nous présenter le mail de commande et la note d’envoi. Il ne veut pas et son patron doit se fâcher pour qu’il s’exécute. Il obtempère et nous ramène le bon de commande. Je lui montre qu’il n’a pas précisé deux livraisons séparées et qu’il est donc normal qu’il a tout reçu au siège. Ensuite il prétend qu’il manque des fûts de scotch à sa commande. Je lui communique que sa commande est conforme à la note d’envoi et qu’il a tout reçu. Il nie et me traite de menteur. Je lui affirme que les fûts se trouvent dans son dépôt mais qu’ils sont mal rangés. Je prend son élévateur et descend une palette avec les fûts de scotch ! Le calme est vite revenu. Deux jours plus tard, je rencontre le client à Biarritz dans son bar. Il a viré son chef de dépôt et me demande de venir travailler pour lui (comme vous le voyez, je suis toujours là)! Dans mon job, je suis dépendant de la production et les retards d’un jour ou deux sont très stressants: tournée par région organisée, clients fermés, événements passés, … J’accorde beaucoup d’importance à qualité de la relation avec mes collègues de la production. Ce qui me plait dans ce job, où je touche à beaucoup de choses, ce sont mes relations avec la production, l’équipe de l’accueil, les clients, les transporteurs, les fournisseurs.